Le couple franco-allemand

Agenda franco-allemand 2020 - 12ème Conseil des ministres franco-allemand (Paris, 4 février 2010)

Le Président de la République a présidé avec la Chancelière Angela Merkel, jeudi 4 février 2010, le 12ème Conseil des ministres franco-allemand au Palais de l’Élysée en présence du Premier ministre M. François Fillon.
Ce premier Conseil franco-allemand depuis l’installation du nouveau Gouvernement allemand a permis de fixer la feuille de route de la coopération bilatérale pour les prochaines années et de réaffirmer et de consolider le rôle de l’Allemagne et de la France pour permettre à l’Europe de répondre aux défis auxquels elle est confrontée.

>>Téléchargez directement le texte de l’Agenda 2020

Depuis soixante ans, la réconciliation franco-allemande a permis que s’établisse entre nos deux pays une coopération unique et exemplaire, fondée sur notre conscience de la responsabilité partagée de nos deux pays vis-à-vis de l’Europe et inspirée par la volonté d’agir comme moteur de la construction européenne. Au cours des décennies successives, le partenariat franco-allemand fondé sur des valeurs communes, un patrimoine culturel commun et des liens étroits entre les réseaux dans le domaine de la société civile a été capable d’évoluer pour apporter des réponses adaptées aux défis auxquels étaient confrontés nos deux pays.

Aujourd’hui, à l’aube d’une nouvelle décennie, nos deux pays doivent trouver ensemble des réponses à ces nouveaux défis que sont la lutte contre le changement climatique, les déséquilibres économiques et financiers, les menaces sur la sécurité et la paix. Dans un monde où s’imposent de nouveaux acteurs globaux, nous sommes convaincus que l’entente franco-allemande la plus étroite est indispensable à nos deux pays et à l’Europe.

La France et l’Allemagne partagent une même vision de leur avenir à l’horizon 2020.

Nous faisons tout pour mettre en œuvre un développement durable et pour inscrire le principe de durabilité comme ligne directrice de nos actions communes. Nous voulons faire de l’Union européenne un modèle de croissance forte et continue – une croissance génératrice d’emplois et de progrès social, une croissance qui améliore la qualité de vie de la génération actuelle sans mettre en péril celle les générations à venir. Nous voulons un monde plus juste, en harmonie avec nos valeurs et nos principes. Nous voulons que chacun prenne sa juste part dans la lutte contre le changement climatique. Nous voulons renforcer l’efficacité de l’ONU et travailler à sa réforme. Nous voulons un commerce international libre et durable, fondé sur des échanges loyaux et qui respectent l’exigence de réciprocité. Nous voulons que le G20 poursuive son action pour tirer toutes les leçons de la crise économique et financière. Pour atteindre ces objectifs, nous sommes résolus à agir ensemble et à défendre des positions communes, avec nos partenaires européens.

Nous voulons une Europe qui agisse avec ambition et détermination, tout en étant respectueuse des différences entre ses Etats membres, conformément au principe de subsidiarité. Pour cela, nous sommes déterminés à faire en sorte que les institutions réformées issues du traité de Lisbonne donnent leur pleine mesure et permettent à l’Union européenne d’agir plus efficacement et de faire respecter sa voix dans le monde. Le débat institutionnel étant derrière nous, nous voulons que l’Europe concentre ses forces sur son action concrète au service de ses citoyens et de ses entreprises, tout en préservant l’environnement qui est notre héritage commun. Nous devons tout faire pour que l’Europe consolide une croissance forte et durable et sorte plus forte de la crise économique pour protéger son modèle fondé sur l’économie sociale de marché. Pour cela, l’Europe doit adopter en 2010 une nouvelle stratégie économique pour la décennie, qui fixe à la fois des objectifs ambitieux pour 2020 mais permette aussi d’assurer une coordination économique efficace pour les mois et les années qui viennent. L’Europe doit renforcer et moderniser ses politiques et en développer de nouvelles : pour assurer sa sécurité énergétique et lutter efficacement contre le réchauffement climatique, pour maîtriser les migrations et pour se doter d’une ambition commune pour l’espace.

Nous voulons que la coopération franco-allemande, dont nous sommes les dépositaires et que nous avons le devoir d’approfondir, se renforce et s’étende. Nous sommes convaincus que l’entente étroite entre nos deux pays doit reposer davantage sur le développement des liens entre les deux sociétés civiles, notamment le développement des échanges entre les jeunes des deux pays. L’éducation, la formation et la recherche sont d’une importance primordiale pour notre avenir et nous sommes résolus à y travailler ensemble. Le renforcement concret des liens entre les sociétés civiles française et allemande sera une priorité de notre coopération bilatérale au cours des années qui viennent.

Pour réaliser ces objectifs, le CMFA adopte l’agenda franco-allemand 2020 qui définit le cadre et les objectifs de notre coopération pour la prochaine décennie :

1. Economie, finances et emploi Retour à la table des matières

Après avoir fait preuve au cours des derniers mois d’une unité exemplaire dans la réponse à la crise économique et financière, nos deux pays doivent s’engager ensemble en faveur d’un retour aux équilibres avec l’objectif d’une croissance retrouvée. Dans ce but, nous devons nous concentrer sur la recherche, l’innovation et la compétitivité. Nous continuerons à poursuivre des politiques visant à favoriser la croissance, l’emploi et la cohésion sociale.

Le CMFA prend les décisions suivantes :

2. Energie, climat et biodiversité Retour à la table des matières

Nous soutiendrons activement la mise en œuvre de l’accord de Copenhague : notre objectif commun est d’aboutir à un accord global, ambitieux et juridiquement contraignant. Il est essentiel que chacune des parties concernées agisse en fonction de ses responsabilités et de son niveau de développement pour atteindre l’objectif commun de limiter à 2° C la hausse mondiale de la température. Nous travaillerons ensemble à faire en sorte que les conférences de Bonn et la CDP au Mexique soient couronnées de succès. Nous évaluerons conjointement l’option de prendre des mesures appropriées au niveau de l’UE pour éviter les fuites de carbone résultant de l’absence ou de l’inadéquation des actions de certains pays. Nous sommes déterminés à renforcer notre coopération bilatérale dans les domaines du climat et de la sécurité énergétique ainsi que dans le domaine de la biodiversité.

Le CMFA se félicite des conclusions des groupes de travail « Energie » et « Electromobilité » lancés lors de sa précédente session et adopte les décisions suivantes :

3. Croissance, innovation, recherche, éducation et enseignement supérieur Retour à la table des matières

L’éducation, la recherche et l’innovation sont décisifs pour l’avenir de nos sociétés et pour garantir notre prospérité future. Nous voulons y travailler ensemble.

A cette fin, le CMFA fixe les objectifs suivants :

4. Politique étrangère, défense, sécurité Retour à la table des matières

La France soutient l’aspiration légitime de l’Allemagne à un siège de membre permanent au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. La France et l’Allemagne doivent s’inscrire au centre du développement de la PESD, de l’Alliance atlantique et de l’OSCE en se fixant les actions suivantes :

5. Rapprochement de nos citoyens Retour à la table des matières

Les liens personnels et amicaux entre les citoyens de nos deux pays sont le fondement de l’entente franco-allemande. Les nombreuses initiatives issues des sociétés civiles des deux pays rendent l’amitié franco-allemande concrète et tangible dans la vie quotidienne. Ces initiatives doivent être encouragées, facilitées, et mêmes prises en considération pour leur assurer un suivi juridique. Nous saluons le rôle essentiel et précieux joué par les institutions établies de la coopération franco-allemande, notamment l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), dans la promotion d’un resserrement constant des liens entre nos citoyens.

A cette fin, nous voulons :

6. Cadre institutionnel Retour à la table des matières

Le Conseil des Ministres franco-allemand constitue le cadre privilégié de notre coopération bilatérale. De manière à renforcer sa capacité d’initiative et assurer le suivi des décisions, il arrête les mesures suivantes :
Version imprimable